Elementary, mon cher Waston

elementary

Cette série revisite l’histoire de Sherlock Holmes dans les temps moderne.Ici Sherlock (Jonny Lee Miller) reste un grand détective. Dans l’histoire original il est adepte de la cocaïne uniquement quand il s’ennuie , là  il est un ex junkie d’ailleurs suivi par sa marraine d’abstinence Mlle John Watson ( Lucy Liu).

Contrairement aux années 1800 Watson n’est pas biographe et si le choix audacieux de prendre Lucy Liu dans le rôle de Watson (pour rappel Watson est un homme dans l’œuvre de Coman-Doyle), cette originalité permet d’innové dans sa relation avec le toujours torturé Holmes. En ce qui concerne l’intrigue des enquêtes elles sont plutôt intéressantes.

Pourquoi refaire la même chose sur un autre continent ? Et c’est là  justement la force de cette adaptation, Elementary s’affranchit des conventions et des adaptations antérieures pour nous offrir une série novateur, intelligent et très addictif, autant pour sa qualité scénaristique pour que pour son interprétation.
Les allusions à  l’œuvre d’origine sont tout de même nombreuses, au-delà  de la personnalité de nos deux protagonistes, le générique en lui-même est déjà  une apologie à  part entière. Et puis il y a les divers clins d’Å“il, comme la passion de Holmes pour les abeilles qu’il élève sur le toit de son immeuble ou ses entraà®nements quotidiens avec sa canne.

Donnez une chance à  cette série, aucune comparaison ne peut-être faite avec sa consœur britannique, tant sa liberté de ton et son audace en font une œuvre à  part entière.