Les falsificateurs et Les éclaireurs d’Antoine Bello

Les Falsificateurs, Antoine Bello, Editions Gallimard, 25 janvier 2007, 501 pages

Sliv Dartunghuver, jeune Islandais fraà®chement diplômé en géographie, se voit offrir un poste à  des conditions inespérées dans un cabinet d’études environnementales. Son chef, Gunnar, travaille en fait pour le CFR (Consortium de Falsification du Réel), auquel le cabinet sert de couverture.

Cette organisation secrète, aux ramifications internationales, est chargée de monter de toutes pièces des dossiers sur de faux événements historiques, de faux artistes ou de fausses œuvres, « scénarios » qui doivent être étayés par la création de fausses sources.
Gunnar flaire en Sliv un grand talent et lui propose de rejoindre le CFR. Le jeune homme s’avère une recrue très douée. En truquant le manuscrit posthume d’un célèbre anthropologue, il revisite, dans son premier dossier, l’histoire des Bochimans du Kalahari. Afin de sensibiliser l’opinion internationale à  leur cause, il les engage dans une lutte pour conserver leurs terres face à  la multinationale qui exploite les mines de diamant de la région. C’est un succès.
Le héros prend goà»t à  ce pouvoir de démiurge. Il montera dans la hiérarchie du Consortium, ce qui le conduira en Argentine, puis en Sibérie.

Les Éclaireurs Antoine Bello, Editions Gallimard ,5 février 2009, 477 pages

Les Éclaireurs est la suite et fin des Falsificateurs mais peut se lire indépendamment.